Pirates assumés

Trente-quatre auteurs québécois cosignent une lettre ouverte pour dénoncer la décision de l’Université Laval de ne plus renouveler son contrat de redevances avec la Société québécoise de gestion collective des droits de reproduction (Copibec). Cette décision de l’Université Laval traduirait-elle une banalisation plus générale du droit d’auteur dans la société et notamment chez les étudiants ?

[Pour en savoir +]

Mis à jour le 26 mars 2015 à 16 h 16 min.