Géolocaliser la pandémie, une fausse bonne idée?

Pendant que Québec et Ottawa discutent activement avec des chercheurs québécois pour adopter une application mobile capable de traquer la pandémie grâce à la géolocalisation et la technologie Bluetooth, Singapour, une des premières à l’avoir fait, émet des réserves sur son efficacité. La promesse technologique vaut-elle la menace d’atteinte à la vie privée ?

Québec et Ottawa s’intéressent à la géolocalisation

Une application mobile développée par la sommité mondiale de l’intelligence artificielle Yoshua Bengio, conçue pour suivre les déplacements et les interactions des téléphones cellulaires afin d’évaluer les risques d’infection à la COVID-19, fait l’objet de discussions avancées dans plusieurs ministères à Québec et à Ottawa, a appris La Presse.

Ces ministères évaluent depuis quelques jours si cette solution technologique protège adéquatement les données personnelles des utilisateurs avant de l’adopter dans la lutte contre la propagation de la COVID-19.

Pour en savoir +

Ce contenu a été mis à jour le 20 avril 2020 à 9 h 16 min.