Réflexions juridiques autour de la terminologie associée aux places d’affaires électroniques

Nicolas Vermeys, Karim Benyekhlef et Vincent Gautrais, « Réflexions juridiques autour de la terminologie associée aux places d’affaires électroniques », (2005) 38 Thémis 641-710.

Résumé

Dans ce texte, les auteurs tentent d’abord d’élucider le cafouillis terminologique qui hante le domaine encore embryonnaire du commerce électronique. Pour le juriste, la prolifération de « buzzwords » et d’acronymes liés aux affaires électroniques peut être problématique dans la mesure où elle laisse planer une grande confusion quant à la réelle place qu’occupent ces différentes technologies. Une fois cette confusion quelque peu dissipée, les auteurs s’attardent à la qualification juridique des intermédiaires et outils informatiques auxquels auront potentiellement recours les parties à un contrat électronique.

Cette  étape propose aussi d’évaluer les apports de ces différents outils lors de relations contractuelles et, de la sorte, permet de spéculer quant à la responsabilité de l’inexécution d’obligations de part et d’autre.

Est finalement abordée la question du rapport existant entre les parties à un contrat électronique, les places de marché virtuelles ou cybermarchés, ainsi que les gestionnaires de ces sites, toute une série de facteurs forçant la réévaluation et la redéfinition des notions  d’intermédiaire et de mandataire.

Abstract

In this paper, the authors attempt to elucidate the terminological hotchpotch that plagues the still nascent World of e-commerce. For jurists, the proliferation of buzzwords and acronyms connected to e-business can be problematic in a sense that it makes it difficult to establish the proper place of such technologies in the contractual relationship that arises between the participants to a web or other IT based transaction. Having somewhat dissipated this cloud of confusion, the authors address the judicial labelling of the computer intermediaries and tools which could potentially be used by the parties to a computer contract.

This step will make it possible to evaluate the contribution of each one of these tools to the contractual relationship and, therefore, will allow us to speculate on liability issues stemming from the nonfulfilment of contractual obligations due to the malfunction of said computer tools.

Will finally be addressed the issue of the relationship existing between the parties to an electronic contract, the e-marketplace used for this transaction, as well as the owner of such marketplace, a series of rapports which necessitate the reassessment of the legal doctrine of agency in light of new developments in the field of e-business.

Mis à jour le 23 août 2014 à 10 h 37 min.