Rapport annuel 2014 du Commissariat canadien à la vie privée

Vincent Gautrais 10 juin 2015

Le jour du dépôt du Rapport annuel est une date importante pour ceux qui s’intéressent à la vie privée au Canada. En effet, ce document d’environ 60 pages établi un « polaroid » de la situation canadienne et des tendances mis de l’avant par le « chien de garde » en la matière. La composante internationale de la question est encore une fois mise de l’avant, notamment suite à quelques affaires retentissantes et notamment une concernant une entreprise roumaine diffusant des données certes publiques de jugements canadiens mais apparemment sans qu’aucun travail de caviardage ne soit effectué. Ceci dit, je m’autorise une aparté: je ne comprends pas que les décisions du CPVP soit anonymes.

Sinon, relativement au nombre de plaintes acceptées, (soit 402 pour 2014), je me suis amusé à retourner vers les anciens rapports pour constater que sous réserve des années 2009-2012, il y a une relative stagnation du nombre de plaintes. Ce chiffre de 402 ne m’apparaît donc pas outrageusement élevé pour plus de 32 millions de canadiens.

plaintes_CPVP_2014

Je vous invite donc à écouter une  série d’entrevues de la matinée sur le sujet.

Mis à jour le 9 septembre 2015 à 8 h 52 min.